Jérôme Galpin, partie 1 Une saison pleine de promesses !

Credits: NASCAR Whelen Euro Series / Gianpaolo Longhin

Fondateur et président du team FJ, écurie à l’origine concentrée essentiellement sur la discipline du rallye, Jérôme Galpin est depuis 2009 le pionnier de la Nascar en Europe. Organisateur et président de ce championnat, il nous a reçu chez lui à Saint-Denis-sur-Loire à proximité de Blois au siège du Team FJ afin de répondre à quelques questions à la veille de la première manche du championnat qui se déroulera les 13 et 14 avril prochain en Espagne sur le circuit de Valence.

Credits: NASCAR Whelen Euro Series / Stephane Azemard

Nous sommes à quelques semaines du début de la saison, quels en seront les enjeux ?

Nous avons une belle saison qui se prépare avec plus d’une trentaine de voitures sur la grille qui sera non seulement quantitative mais également qualitative. Nous aurons entre autre le retour d’Ander Vilariño (3 fois champion Elite 1) avec le team Racing Engineering, nous avons également Jacques Villeneuve qui nous rejoint cette année, Alon Day défendra sa couronne, Frédéric Gabillon ainsi que tous les jeunes qui poussent derrière. Cela nous promet une année incroyable en terme de compétition en Elite 1. Nous avons également un très beau plateau en Elite 2 avec des Florian Venturi, des Nicholas Risitanos qui reviennent et des nouveaux venus qui seront très rapides.

Et pour vous en tant qu’organisateur quels seront les enjeux ?

Pour nous l’idée et comme nous l’avons fait avec la série c’est toujours de progresser. Cela va être notre onzième saison, nous voulons que chaque saison soit meilleure que la précédente et nous avons toujours réussi depuis 10 ans. Cette année nous avons fait progresser la voiture avec un nouveau package aéro, nous avons de nouveaux pneus et de nouvelles suspensions. Les teams vont pratiquement devoir repartir d’une feuille blanche et je pense qu’il peut y avoir pleins de surprises au départ. Nous avions à peu près les mêmes pneus depuis 5 ou 6 ans, les suspensions avaient 3 ans. Tout le monde avait ses datas donc cela sera plus compliqué pour les teams qui vont devoir travailler là-dessus.

Les 22 et 23 juin prochain aura lieu la ALL-STAR TIME ATTACK en France, pouvez-vous nous en dire plus sur le format qui est prévu ?

L’idée est de faire quelque chose de sympa et de se rapprocher des fans. Ce sera une démonstration qui aura lieu dans les rues de Chinon, il y a une belle épreuve qui y est organisée chaque année (Chinon accueille depuis quelques années le grand prix de Tours rebaptisé Chinon Classic) où nous sommes au cœur de la ville médiévale. Avec les aléas du calendrier nous n’avions pas d’épreuve de prévu en France. Ce sera donc l’occasion pour les fans d’accéder gratuitement au bord de la piste, de nous rencontrer et voir des NASCAR dans les rues. Cela va être chouette !

L’arrêt du partenariat avec le Tours Speedway vous parait-il être un signe inquiétant pour les sports  mécaniques en France ?

Non, le sport mécanique se porte plutôt bien, on voit chaque jour la passion que déchaine le sport auto. Ce sont des conditions un peu particulières à l’échelle d’une ville comme Tours, il y a pleins de contingences.  Nous, notre travail et ce que l’on aime c’est de faire du sport donc quand je reçois des coups de téléphone pour parler de politique, ce n’est pas notre truc et nous ne voulons surtout pas rentrer là-dedans. Nous avons fais de belles choses et nous essayons de voir avec le Parc Expo comment on peut se servir au mieux de cet outil.

Credits: NASCAR Whelen Euro Series / Stephane Azemard

Venray signe son grand retour cette année, envisagez vous l’arrivée d’un second ovale dans les années à venir et si oui dans quelles conditions ?

Il y a peu d’ovales en Europe, cela plait à la plupart des teams et pilotes déjà présents mais cela effraie ceux qui n’en n’ont jamais fait. Il faut donc garder le mixte, cela ne sera jamais comparable aux Etats-Unis car je pense que la culture européenne, même pour les fans, n’est pas forcément typé ovale mais nous pourrons avoir dans le futur 10 à 30 % d’ovales dans le calendrier.  Nous n’irons pas sur les grands ovales, cela demande beaucoup de sécurité et l’idée n’est pas d’emmener nos pilotes sans avoir absolument tout ce qui se fait en matière de sécurité (comme les murs absorbants) et sans qu’ils aient l’expérience de rouler sur des ovales rapides. On le voit aux Etats-Unis le fun est aussi beaucoup sur les short tracks et les circuits routiers.

La présence de Bobby Labonte a été un véritable coup de pouce médiatique l’an passé pour la série, aurons nous la chance cette saison de revoir un ex-pilote de Nascar Cup Series ?

Bobby Labonte travaille pour trouver des partenaires afin de pouvoir revenir car le championnat lui plaît et on est très heureux de l’avoir. J’ai pas mal de coups de fil de pilotes et de champions de Cup qui seraient intéressés pour venir faire une pige ou deux dans la série. On aura également d’autres pilotes américains qui seront annoncés prochainement.

Credits: NASCAR Whelen Euro Series / Stephane Azemard
Credits: NASCAR Whelen Euro Series / Stephane Azemard

Avons-nous une chance de voir de nouveau un pilote NWES en série nationale aux Etats-Unis cette année  ?

On a emmené plus d’une trentaine de pilotes sur différentes épreuves aux Etats-Unis. Anthony Kumpen a roulé à Daytona jusqu’en Xfinity , Alon Day dois être le seul pilote en dehors de l’Amérique du Nord a avoir couru dans les trois séries nationale NASCAR. Il a annoncé son retour dans le championnat. Il aura donc un programme complet en Europe et l’idée c’est de pouvoir continuer à faire des épreuves aux Etats-Unis donc on devrait le revoir en Xfinity ou en Cup. Quelques-uns de nos pilotes m’ont demandé de faire des rapprochements pour essayer de monter des programmes. On a la chance d’avoir un break cet été donc cela ouvre la possibilité à nos pilotes d’aller rouler aux Etats-Unis.

Interview de Jérome Galpin le 29 Mars 2019 réalisée par Guillaume Hesnault